La création du musée Philip J. Currie a eu une incidence positive sur la recherche paléontologique dans la région de Grande Prairie.

laboratoire de recherche palÉontologique

Comprenant un programme de recherche dynamique, le musée sera équipé d’un laboratoire de pointe ainsi d’installations dernier-cri pour les collections.Le laboratoire a été conçu pour pouvoir recevoir des spécimens découverts dans la région afin de les préparer, stabiliser et conserver pour la recherche. Il sera possible de voir le laboratoire de recherche en visitant l’exposition Laboratoire de fossiles ou via un panneau de verre imbriqué dans le plafond.  De robustes étagères compactes au sein du plateau de collections ainsi que la conception mécanique hautement adaptable du laboratoire optimisent les capacités d’accueil de toute une gamme de fossiles.   Les chercheurs et les étudiants sont encouragés à s’enregistrer afin d’avoir accès à nos installations et d’apprendre de nos paléontologues.Plus d’articles ont été publiés sur les fossiles de la région de la rivière Peace au courant des quatre dernières années que durant les cinquante précédentes.  Ces ressources sur les fossiles demeurent toutefois très peu étudiées lorsque comparées à celles qui émanent d’autres régions du Canada et des États-Unis.  Avec l’ouverture du musée, ceci devrait changer.Conjointement avec une équipe de chercheurs internationaux, le musée a initié le Projet des dinosaures du Nord de l’Alberta afin de mieux cibler les ressources en recherche sur la région de Grande Prairie. En réunissant un nombre important de chercheurs œuvrant dans divers domaines d’expertise, le musée souhaite faire progresser l’échelle et la portée du travail à accomplir

RÉcents projets de recherche

Découvrez des articles récemment publiés sur des projets en cours effectués par le personnel du musée Currie conjointement avec des chercheurs du monde entier.

Edmontosaurus-crestEdmontosaurus

Dans la région de Grande Prairie, la découverte exceptionnelle d’un dinosaure à bec de canard avec des impressions fossilisées de peau démontre que ce dernier possédait une crête pulpeuse ressemblant à celles d’oiseaux modernes.

Petits fossiles, histoires fabuleuses

Même si parfois ils peuvent sembler insignifiants, des petits morceaux de fossiles provenant des microsites peuvent contenir une richesse d’information.  Les microsites sont des endroits où se sont accumulés les os provenant d’une multitude d’animaux.  Ils peuvent regorgés d’os de grenouilles, de salamandres, de lézards, de crocodiles, d’oiseaux, de mammifères et de dinosaures.  En étudiant ces microsites, les paléontologues obtiennent une compréhension accrue des espèces d’animaux qui vivaient à cet endroit à une époque particulière.  La région de Grande Prairie comprend de nombreux microsites et les chercheurs du musée Currie s’affairent actuellement à trier et identifier des fossiles provenant de plusieurs endroits

La peau des dinosaures

La Formation de Wapiti n’a pas seulement préservé les os durs des dinosaures; on y retrouve aussi parfois des échantillons de peau fossilisée.  L’ancien paléontologue du musée Currie, le. Phil Bell a identifé récemment le fossile d’un dinosaure à bec de canard qui comprenait une crête dont l’impression de peau était bien évidente; une caractéristique qui n’avait jamais été vue auparavant.  La recherche se poursuit sur d’autres impressions de peaux en provenance d’autres dinosaures découverts dans la région

Comment est-ce que les dinosaures grandissaient?

Une des ressources de fossiles bien connue de la région de Grande Prairie est le dépôt d’ossements de Pipestone Creek.  Les dépôts d’ossements jouent un rôle déterminant sur notre compréhension de la croissance des dinosaures.  En étudiant les os de dinosaures, les paléontologues peuvent déterminer l’âge approximatif des dinosaures de différentes grandeurs, apprécier leur vitesse de croissance et en étudier les particularités.  Les paléontologues du musée Currie, en partenariat avec des chercheurs de l’Université de l’Alberta et du musée Royal Tyrrell Museum, sectionnent et étudient de nombreux fossiles.

Ce n’est pas un dinosaure!

Certains des spécimens les mieux préservés, et parfois les plus intéressants, de la région de Grande Prairie ne sont pas des dinosaures mais plutôt d’autres animaux tels que des lézards et des tortues.  En 2010, deux nouvelles espèces de lézards découvertes à Kleskun Hill,  à l’est de Grande Prairie, ont été identifiées, et les paléontologues du musée Currie ont aussi trouvé de nombreux fossiles de tortue dans la région.  Les découvertes de fossiles de tortue sont assez rares au nord d’Edmonton.  Comprendre comment vivaient ces animaux est essentiel dans le cadre de la reconstitution des climats et de la géographie non seulement de cette région, mais aussi de l’Amérique du Nord, pendant le Crétacé tardif.
Your browser is out-of-date!

Please update your browser to view this website correctly. Update my browser now

x